Les fleurs que nous croisons lors de nos escapades ...
Aconit napel 
 

 

 

Nom scientifique : Aconitum napellus
Règne Plantae Sous règne : Tracheobionta
Division : Magnoliophyta Classe : Magnoliopsida
Ordre : Ranunculales Famille : Ranunculaceae
Genre : Aconitum Espèce : Aconitum napellus
       
Hauteur : de 0,30 à 2 mètres.
Floraison : de juin à septembre.
Altitude : jusqu’à 2.000 mètres d’altitude..
Autres noms ...
Casque de Jupiter
Etymologie ...
• Il y a 2 versions pour l’origine du mot "Aconite" :
La première, Aconite vient du latin aconitum issu du grec aconiton, qui dériverait du port d’Acone,
en Bithynie, ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure.
La deuxième version trouve la source de l’aconite du mot grec "acône", signifiant "rocher", car la plante aimait les lieux caillouteux. "sans combat, sans peine" littéralement "sans poussière", "parce qu’il croit sur les pierres?", étymologie proposée par Pline.
• Le mot napel vient de Napellus- du latin napus, navet, de la forme des tubercules.
Description ...
L’aconit napel ou Casque de Jupiter pousse dans les marais, dans les lisières forestières ou dans les prairies humides.
Elle est d’une grande toxiquité : Elle contient de l’aconitine (toxique puissant) de la famille des alcaloïdes. Il suffit de 1 à 2 mg ou 2 à 4 g de racine pour entrainer la mort d’un individu. Elle est considérée comme la plus toxique des plantes européenne et a été appelée " arsenic végétal ".
Parmi les alcaloïdes de la plante, il y a l’aconitine dont l’ingestion cause la paralysie des différents systèmes vitaux et entraîne la mort. Selon la légende un seul morceau de feuille dans l’oeil d’un cheval suffirait à le tuer !
Quand nous randonnons dans les montagnes pyrénéennes, nous rencontrons des troupeaux de bovins qui dévorent tout sur leur passage ... enfin, presque tout ! Car des beaux tapis de fleurs multicolores, il ne reste que de petits massifs d’aconits napels, qu’aucune bête s’avente à goûter... pas folle, la guêpe !
... à cueillir avec son appareil photo uniquement !
A travers l'histoire ...
Origine du poison : Ce poison a pris naissance, dit-on, entre les dents de Cerbère; le chien des Enfers. Hercule, dans l’un de ses 12 travaux, doit dompter et ramener Cerbère.
Il entra dans la caverne ténébreuse où le chien monstrueux se réfugiait, puis le trainât dehors. Le chien, furieux, répandit dans les champs des gouttes d’écume toutes blanches.
Le sol étant riche et fécond, elles épaissirent et durcirent, en développant de funestes vertus. De là poussèrent des plantes vigoureuses qui, parce qu’elles poussent sur de durs rochers, ont reçu des paysans le nom d’aconits (pour l’hypothèse où ’aconite’ vient du mot grec acône, signifiant "rocher").

On relate sur ce poison l’histoire suivante :
Héros vénéré et roi mythique d’Athènes, Thésée est considéré par les Athéniens comme leur grand réformateur. C’est même un grand héros, qui trucide les grands méchants et les brigands vraiment très vilains. Il ne sait pas qui est son père. D’autant que sa mère dans la même nuit, eut une étreinte avec Égée, roi d’Athènes mais aussi avec le dieu Poséidon
Quand il le compris enfin, il se rendit incognito à Athènes. Il fut reçu par Égée, son père, roi d’Athènes . Mais Égée eut rapidement quelques soupçons.
Par contre, son épouse (et donc belle-mère de Thésée), la magicienne Médée, le compris très rapidement. Hors elle nourrissait un destin royal pour son fils Médos qu’elle avait eu avec Égée. Il fallait donc se débarrasser de l’intrus. Elle le dénonça à Égée comme un traître. Pour s’en débarrasser, il le défièrent d’aller à Marathon pour tuer le Taureau crétois (Taureau qui après avoir été vaincu auparavant par Hercule,finit par s’installer à Marathon). Mais Thésée étant un héros très très fort, il vaincu le Taureau.
Elle proposa à Égée ’empoisonner Thésée. Elle mit dans une coupe du poison à base d’aconit. Mais Égée, le roi d’Athènes, reconnu que l’épée que porte Thésée était la sienne, laissée des années avant au pied d’un rocher. Comprenant qu’il s’agit de son fils, il put éviter le pire !
Déjouée, Médée s’empare alors du trésor d’Athènes et s’enfuit.
Utilisation ...
Dans la pharmacopée, elle calme la toux.
L’aconit napel était utilisée aux Indes, pour exécuter les condamnés, puis au Moyen Age servai tà empoisonner loups et renard. Rien de très médicinal à tout ça ..
Dans les jardins ...
Très belle plante, elle est présente dans les jardins, d’autant qu’elle est de culture facile, dont les jeunes plants sont disponibles dans le commerce.
Mais vue la toxicité, il est peut-être préférable de choisir d’autres plantes, surtout si on a de jeunes enfants ...
Cliquez sur les diapos pour les agrandir ...
Association Escapades Buissonnières
  Aconit napel 
Autres noms : Casque de Jupiter
   
Hauteur : de 0,30 à 2 mètres.
Floraison : de juin à septembre.
Altitude : jusqu’à 2.000 mètres d’altitude.
 
Nom scientifique : Aconitum napellus
Règne : Plantae
Sous règne : Tracheobionta
Division : Magnoliophyta
Classe : Magnoliopsida
Ordre : Ranunculales
Famille : Ranunculaceae
Genre : Aconitum
Espèce : Aconitum napellus
Massif du Néouvielle (Hautes-Pyrénées), 11 août 2010
Massif du Néouvielle (Hautes-Pyrénées), 11 août 2010
Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004
_Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004
Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Etymologie ...

• Il y a 2 versions pour l’origine du mot "Aconite" :
La première, Aconite vient du latin aconitum issu du grec aconiton, qui dériverait du port d’Acone,
en Bithynie, ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure.
La deuxième version trouve la source de l’aconite du mot grec "acône", signifiant "rocher", car la plante aimait les lieux caillouteux. "sans combat, sans peine" littéralement "sans poussière", "parce qu’il croit sur les pierres?", étymologie proposée par Pline.
• Le mot napel vient de Napellus- du latin napus, navet, de la forme des tubercules.

Description ...

L’aconit napel ou Casque de Jupiter pousse dans les marais, dans les lisières forestières ou dans les prairies humides.
Elle est d’une grande toxiquité : Elle contient de l’aconitine (toxique puissant) de la famille des alcaloïdes. Il suffit de 1 à 2 mg ou 2 à 4 g de racine pour entrainer la mort d’un individu. Elle est considérée comme la plus toxique des plantes européenne et a été appelée " arsenic végétal ".
Parmi les alcaloïdes de la plante, il y a l’aconitine dont l’ingestion cause la paralysie des différents systèmes vitaux et entraîne la mort. Selon la légende un seul morceau de feuille dans l’oeil d’un cheval suffirait à le tuer !
Quand nous randonnons dans les montagnes pyrénéennes, nous rencontrons des troupeaux de bovins qui dévorent tout sur leur passage ... enfin, presque tout ! Car des beaux tapis de fleurs multicolores, il ne reste que de petits massifs d’aconits napels, qu’aucune bête s’avente à goûter... pas folle, la guêpe !
... à cueillir avec son appareil photo uniquement !

A travers l'histoire ...

Origine du poison : Ce poison a pris naissance, dit-on, entre les dents de Cerbère; le chien des Enfers. Hercule, dans l’un de ses 12 travaux, doit dompter et ramener Cerbère.
Il entra dans la caverne ténébreuse où le chien monstrueux se réfugiait, puis le trainât dehors. Le chien, furieux, répandit dans les champs des gouttes d’écume toutes blanches.
Le sol étant riche et fécond, elles épaissirent et durcirent, en développant de funestes vertus. De là poussèrent des plantes vigoureuses qui, parce qu’elles poussent sur de durs rochers, ont reçu des paysans le nom d’aconits (pour l’hypothèse où ’aconite’ vient du mot grec acône, signifiant "rocher").

On relate sur ce poison l’histoire suivante :
Héros vénéré et roi mythique d’Athènes, Thésée est considéré par les Athéniens comme leur grand réformateur. C’est même un grand héros, qui trucide les grands méchants et les brigands vraiment très vilains. Il ne sait pas qui est son père. D’autant que sa mère dans la même nuit, eut une étreinte avec Égée, roi d’Athènes mais aussi avec le dieu Poséidon
Quand il le compris enfin, il se rendit incognito à Athènes. Il fut reçu par Égée, son père, roi d’Athènes . Mais Égée eut rapidement quelques soupçons.
Par contre, son épouse (et donc belle-mère de Thésée), la magicienne Médée, le compris très rapidement. Hors elle nourrissait un destin royal pour son fils Médos qu’elle avait eu avec Égée. Il fallait donc se débarrasser de l’intrus. Elle le dénonça à Égée comme un traître. Pour s’en débarrasser, il le défièrent d’aller à Marathon pour tuer le Taureau crétois (Taureau qui après avoir été vaincu auparavant par Hercule,finit par s’installer à Marathon). Mais Thésée étant un héros très très fort, il vaincu le Taureau.
Elle proposa à Égée ’empoisonner Thésée. Elle mit dans une coupe du poison à base d’aconit. Mais Égée, le roi d’Athènes, reconnu que l’épée que porte Thésée était la sienne, laissée des années avant au pied d’un rocher. Comprenant qu’il s’agit de son fils, il put éviter le pire !
Déjouée, Médée s’empare alors du trésor d’Athènes et s’enfuit.

Utilisation ...

Dans la pharmacopée, elle calme la toux.
L’aconit napel était utilisée aux Indes, pour exécuter les condamnés, puis au Moyen Age servai tà empoisonner loups et renard. Rien de très médicinal à tout ça ..

Dans les jardins ...

Très belle plante, elle est présente dans les jardins, d’autant qu’elle est de culture facile, dont les jeunes plants sont disponibles dans le commerce.
Mais vue la toxicité, il est peut-être préférable de choisir d’autres plantes, surtout si on a de jeunes enfants ...


Massif du Néouvielle (Hautes-Pyrénées), 11 août 2010

Massif du Néouvielle (Hautes-Pyrénées), 11 août 2010

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Massif du Néouvielle (Hautes-Pyrénées), 11 août 2010

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004

Autour du Carlitt (Pyrénées-Orientales), août 2004
Photographies : © Association Escapades Buissonnières
 
 
Photographies : © Association Escapades Buissonnières